Delphine Dieudonné

Entretien avec DELPHINE DIEUDONNE ou « Rencontre avec LA meilleure joueuse du Monde »

Olivier Père m’a donné carte blanche et le choix pour ma première interview a été vite fait. Mais le reporter-débutant que je suis avait une peu d’anxiété quant à l’accueil que notre championne allait me réserver. Il fallait se trouver en tête à tête et pas face à face de chaque côté du tapis vert. Alors j’ai eu la chance d’être reçu chez les parents de Delphine et cette atmosphère très chaleureuse me mis tout de suite un peu plus à l’aise.

Papou: Quelle est la question qui t’énerve ?
Delphine: Comment tout a commencé ?
Remarque: Ca commençait mal car c’était la seule question que ma fille (consultée auparavant) avait à lui poser. Alors pour tous ceux qui savent et pour les autres, disons juste que comme Astérix, elle est tombée dedans très tôt.

P: Lors de tes passages devant les médias, t’as l’air vraiment à l’aise.
D: Ce n’est pas tout à fait vrai, mais je me contiens et je fais de mon mieux pour ne pas dire trop d’âneries…

P: Tu as participé à la démo lors d’un Match 1: T’as râlé quand t’as raté ta volée contre Stéphane Pauwels ?
D: non, enfin un peu tout de même …car j’aurai aimé voir sa réaction devant les caméras…et puis tu me connais je réagis assez vivement dans ce genre de situation en général…

P: Petite, t’avais pas une attirance pour autre chose que le subbutéo ?
D: J’aurais bien aimé faire de la musique mais c’était le mercredi après-midi et ce jour là: c’était aussi celui du subbuteo. Le tennis me tentait, je l’ai pratiqué un peu plus tard.

P: T’as joué au foot ?
D: Oui en préminime.
Maman Del intervient: «Jusqu’au jour où le gardien étant absent; ils ont mis Delphine au but et il y avait de la boue»

P: Tu fais quoi de tes trophées ?
D: Celui de ma première victoire en CDM (1994) est sur la cheminée chez Maman. D’une autre (qui a vraiment l’apparence d’un beau vase) Maman y met des fleurs ! Les autres sont au grenier.

P: T’as de vrais amis dans le milieu ?
D: Jess (Jessica Hardenne) et Lolo (Laurent Goor)

P: Pour l’an prochain: la Belgique entière rêve d’une finale de CDM 100 % belge: tu la laisses gagner ou tu prends ta 10e couronne ?
D: (sourire) Un match doit toujours être joué …surtout en finale de coupe du Monde. J’en rêve aussi de cette finale. Pour ce qui est du résultat: une victoire serait forcément satisfaisante mais perdre contre Jess ne serait surement pas à considérer comme une énorme déception car elle a un très bon niveau. Il lui manque juste de croire encore un peu plus en ses capacités.

P: Tu t’entraînes encore ?
D: Je vis sur mes acquis, mais avant d’aller à RAIN j’ai été 2 fois m’entraîner à Rochefort

P: Tu donnes ton image à REALSOCCER mais tu joues avec PROFIBASE: Explique ?
D: Je n’ai aucune obligation en ce qui concerne le fait de jouer avec Realsoccer. Je joue avec la même équipe depuis 15 ans, ce serait très dur de changer surtout que je n’en ressens pas le besoin et que je ne m’entraine pas beaucoup. Mon équipe actuelle me convient très bien dans chaque aspect du jeu et elle me permet de tourner, ce qui n’est pas le cas des Realsoccer. J’ai accepté de donner mon image car il s’agissait d’une production belge et que le prix n’est pas excessif (ce qui est très bien pour les jeunes qui veulent démarrer avec un matériel plus performant que Zeugo ou autre).

P: Dans ton équipe, les figurines sont différentes, tu ne fais pas dans l’esthétique ?
D: Je ne suis pas douée pour la peinture et au départ, c’est Lolo qui les avait peintes et chacune représentaient un club différent, on pouvait même reconnaître de grands joueurs comme NASTASI ou VASCO mais avec l’usure du temps les remplaçants sont montés au jeu un peu au hasard.

P: Si tu devais changer de club tu irais où ?
D: à la JSC Rochefort

P: Pourquoi ?
D: Pour la proximité… et c’est un club qui compte dans ses rangs des gens avec qui je m’entends très bien depuis déjà quelques années. Et ou je m’entraine de temps en temps.

P: Si tu pouvais réaliser un transfert vers l’ASH ce serait qui ?
D: Je ne voudrais pas de grosse pointure (très couteuse) car ça ne collerai pas à nos idées. Mais pour moi c’est déjà réalisé ! La meilleure arrivée possible: c’était Lolo. J’ajoute que je ne connaissais pas assez Nunu (Arnaud NULLENS) avant qu’il soit chez nous: c’est vraiment une belle réussite.

P: As-tu déjà eu des propositions d’autres clubs ?
D: Rien de très concret.

P: Si tu pouvais changer une règle ?
D: C’est plutôt vers le comportement arbitral qu’il y a des choses à faire. Quand en fin de partie un joueur fait sciemment 3 fautes pour sauver sa peau ; le maître du jeu devrait avoir le cran d’ajouter du temps de jeu.

P: T’as déjà marqué contre ton camp ?
D: Oui une fois à Elbeuf en finale contre Jess pour protester contre le système qui nous obligeait à jouer dans 3 catégories pour récolter quelque chose au Challenge club alors que ni l’une ni l’autre ne voulait jouer en féminines. Oli (Olivier Père) n’avait pas beaucoup apprécié…

P: Un adversaire contre qui tu n’aimes pas jouer ?
D: Il y en a plusieurs, mais s’il faut citer quelqu’un: Arnaud ROBILLARD est un peu ma bête noire ces dernières années. Je peux aussi citer Valery DEJARDIN car c’est toujours dur de suivre la cadence.

P: T’es superstitieuse ?
D: Non pas vraiment mais lors de la dernière CDM ma loque a disparu. Elle était rangée méthodiquement couvrant mes affaires au dessus de ma boîte. Je suis partie à sa recherche dans toute la salle car ce n’est jamais agréable de voir ses affaires disparaître: ce fut peine perdue. Donc, je le suis surement un peu quand même… (rires).

P: Sans doute un admirateur qui chaque matin regardera l’objet en pensant à toi ! T’as déjà pleuré après une défaite ?
D: Oh oui !

P: De déception ou de rage ?
D: Plus souvent de rage.

P: Tu gagnes le pactole au LOTTO ; tu fais quoi pour le club ?
D: Le délire ! Mais prioritairement une belle salle.

P: Ta plus grande joie ?
D: Ma première victoire en CDM en 1994 car je n’étais pas la favorite. On y avait tous été en car (avec pas mal de supporter, ce qui n’est pas arrivé souvent) et cela restera un souvenir inoubliable.

P: Ta motivation reste intacte ?
D: Elle va maintenant beaucoup plus vers l’inter-équipes que pour l’individuelle qui entre un peu dans une espèce de banalisation.

P: Ta vie professionnelle ?
D: Kiné: je gère un cabinet privé avec un confrère.

P: Tu fais la cuisine ?
D: Pas souvent, c’est Olivier (mon conjoint) qui est au fourneau. Mais pas d’inquiétude: en cas d’absence du «chef» je ne mourrai pas de faim.

P: T’as d’autres centres d’intérêts ?
D: Pour le moment la construction de la maison nous prend un maximum de temps, sinon les films à la télé. J’ai beaucoup joué au tennis mais avec le boulot j’ai arrêté.

P: T’as pas été en vacances cette année ?
D: On a travaillé pour la maison. Je suis un peu la «main d’œuvre» du charpentier ; la coupe du bois n’a quasi plus de secret pour moi
Remarques: Certaines stars de cinéma qui assurent des parties de leurs corps; hey Mister President ! Faudrait peut être réfléchir à assurer l’index de la championne du monde, non ?

P: T’as eu des Barbie ?
D: Oui. (Passant à proximité, Maman DEL ne semble pas totalement convaincue)

P: On te connaît en training, t’as autre chose dans ta garde robe ?
D: Le training c’est la tenue des compétitions ; mais j’ai des jupes et des robes. Au travail je suis en tenue décontractée simplement jean et pull.

P: On peut fantasmer jusque quand pour avoir l’occasion de voir tes gambettes ?
D: Je me vois mal venir en jupe au subbuteo. Lors d’une cérémonie (fête de famille, anniversaire, un mariage par exemple) forcément mais ça peut arriver à d’autres occasions mais c’est rare car je suis habituée à la tenue décontractée toute la semaine.

P: Maquillage inclus ?
D: Non ou parfois: mais léger
Remarque: Mais en a-t-elle vraiment besoin ?

P: En parlant mariage: la robe blanche, l’église, la cérémonie, tout le tralala, tu en as envie ?
D: Pas forcément de tout le tralala …

P: Tu penses à une descendance ?
D: Oui

P: Bientôt ?
D: On va d’abord finir la maison.

P: Il (elle) jouera ?
D: Il/elle fera ce qu’il/elle veut !

P: Tu comptes jouer longtemps ?
D: Tant que ma motivation sera présente, que ma vie de famille et mon emploi du temps me le permettent; aucune limite n’est fixée.

P: Tu te vois en «vétéran» ?
D: Pas vraiment, bien que ce soit la seule catégorie dans laquelle je n’ai pas encore joué.

P: T’as un tatouage ?
D: Non.

P: le logo ASH sur l’épaule, ça te tente ?
D: C’est gravé dans mon cœur et c’est suffisant.

Comments are closed.